Essayer IDEA

Les auditeurs internes jouent le rôle des héros dans la lutte contre la cybercriminalité

D’Arjun Ruparelia

 

La COVID-19 a précipité de façon spectaculaire la cybercriminalité, qui a changé de cible pour passer des petites entreprises et des particuliers aux infrastructures critiques des grandes entreprises et des gouvernements. Le besoin soudain de ces organisations de déplacer leurs employés vers des emplacements éloignés s’est révélé un défi considérable et a donné aux pirates informatiques et aux cybercriminels l’occasion parfaite pour attaquer leurs systèmes de plus en plus vulnérables.

 

Selon un rapport de l’Identity Theft Research Centre, les atteintes à la protection des données ont connu une hausse de 17 % en 2021, par rapport à l’année précédente. 

 

À juste titre, l’augmentation de la cybercriminalité inquiète de plus en plus dans les salles des conseils d’administration et les bureaux des organismes de réglementation. Sous les conseils de la Securities and Exchange Commission (SEC) des États-Unis, les entreprises faisant appel public à l’épargne doivent s’attendre à faire face à des risques de cybersécurité et à des cyberincidents potentiellement importants dans l’analyse par la direction de la situation financière et des résultats d’exploitation (rapport de direction). 

 

Le décret présidentiel 13636 (Improving Critical Infrastructure Cybersecurity) de l’ancien président des États-Unis, Barack Obama, a également souligné le rôle des entreprises dans l’amélioration du cadre de cybersécurité du pays et le besoin de s’adapter aux attentes et à la surveillance en rapide évolution des organismes de réglementation.

 

C’est là que les auditeurs internes entrent en scène. Explorons le rôle crucial qu’ils jouent dans le maintien de la sécurité des organisations dans un monde en ligne de plus en plus dangereux. 

 

La menace de la cybercriminalité contre les entreprises 

 

En étudiant de manière approfondie les méthodes particulières employées dans le cadre des atteintes à la cybersécurité, une étude d’un consortium de chercheurs, dont WMG et l’Université de Warwick, a trouvé que 86 % des attaques concernaient l’hameçonnage, tandis que seulement 5 % étaient des tentatives de piratage.

 

En donnant d’autres caractéristiques de cette méthode d’hameçonnage, le docteur Harjinder Lallie de WMG explique que « de nombreuses cyberattaques commencent par une campagne d’hameçonnage, qui incite les victimes à télécharger un fichier ou à accéder à une URL. Le fichier ou l’URL agit à titre de porteur du logiciel malveillant qui, une fois installé, agit comme véhicule pour la fraude financière ».

 

Alors que la pandémie s’approche progressivement de sa fin (c’est du moins ce que nous croyons), les campagnes d’hameçonnage n’ont pas cessé. Les entreprises continuent leurs opérations à distance, ce qui donne aux pirates l’occasion de perturber les systèmes et de commettre des fraudes. 

 

Il incombe aux entreprises de trouver des moyens de protéger leurs actifs en ligne. La construction d’une infrastructure de cybersécurité solide est apparue comme la meilleure arme pour aider les organisations, les entreprises et les administrations publiques à protéger leurs actifs contre la cybercriminalité.

 

L’adoption du numérique est vitale à la réussite des entreprises aujourd’hui. Les entreprises sont par conséquent obligées d’augmenter leur budget pour améliorer leur présence numérique. 

 

Alors qu’elles peuvent offrir des résultats fantastiques, la nature intrinsèque de nombreuses technologies peut augmenter le risque de cyberattaques. Par exemple, le partage de données vitales de l’entreprise par courriel peut être préjudiciable, car les courriels sont une cible facile pour les pirates. Ils peuvent facilement prendre le contrôle des comptes de messagerie électronique ou de médias sociaux des employés et accéder à des données confidentielles.

 

Les données sensibles peuvent également être interceptées en l’absence de mesures de sécurité adaptées, ce qui peut entraîner la perte de propriétés intellectuelles ou des pertes financières et ternir l’image d’une entreprise.

 

Comment les auditeurs internes soutiennent la sécurité

 

Les entreprises comptent sur les équipes d’audit interne pour surveiller de manière proactive les vulnérabilités de leurs systèmes. Les auditeurs internes jouent donc un rôle essentiel dans la protection de l’entreprise contre la cybercriminalité en formant la première ligne de défense.

 

Les équipes de technologie de l’information (TI) et d’ingénierie travaillent en permanence pour améliorer les actifs numériques de leur entreprise et garantir un environnement sécurisé pour l’entreposage de l’information de l’entreprise et des clients. Les auditeurs internes complètent leur travail en concevant les processus et les procédures qui permettent de minimiser le risque de fraude. Ils évaluent les risques pour les données de l’entreprise et, au besoin, ajoutent un contrôle interne pour s’assurer de la sécurité des données.

 

L’approche du risque des auditeurs internes

 

Les auditeurs internes peuvent concevoir divers mécanismes pour éviter et détecter les risques dans les systèmes d’une organisation. La structure des contrôles internes traite généralement le risque lors de trois points de contact :

 

Prévention

 

La plupart des organisations ont des mesures de sécurité pour protéger leurs données et les divers actifs contre l’utilisation malveillante. Les organisations importantes ont généralement de meilleurs outils de sécurité, mais étant donné que la plupart des systèmes ne sont pas inatteignables, les entreprises ont besoin d’un système de contrôle interne qui sert de mesure préventive. Un système de contrôle interne protège les actifs d’une entreprise contre l’accès ou l’utilisation non autorisé, ce qui permet de minimiser le risque.

 

Détection de trous

 

Les auditeurs internes doivent vérifier si leurs systèmes ne sont pas obsolètes pour s’assurer que les nouvelles menaces sont détectées, mais aussi traitées aussi efficacement que les anciennes. Les auditeurs internes doivent donc tester régulièrement la capacité de leur système à éviter les menaces en utilisant les renseignements sur les menaces et les analyses du comportement et des risques.

 

Intervention

 

Il est difficile de contrôler ce qui se passe dans chaque appareil connecté au réseau d’une entreprise. Il est donc vital d’avoir une réponse standard aux menaces ou aux attaques. Lors de l’examen des outils de cybersécurité de leur entreprise, les auditeurs internes doivent également vérifier les plans de reprise après catastrophe et les protocoles d’intervention en cas d’incident. 

 

Les auditeurs internes collaborent avec les autres experts

 

La cybersécurité d’une organisation relève de la responsabilité collective des services qui manipulent les données. Les auditeurs internes collaborent donc avec plusieurs services, tout en s’assurant que les données de l’entreprise demeurent en sécurité.

 

Il incombe à tous les employés, des plus jeunes aux plus anciens, de s’assurer de l’intégrité des données. Ils doivent ignorer les courriels délicats de clients, protéger les actifs, ignorer les pourriels et s’assurer de ne pas visiter des sites n’ayant pas les certificats de protection requis.

 

L’équipe des TI joue un rôle clé dans le maintien de la sécurité des données. Elle doit rester vigilante et traiter tous les problèmes liés aux données dans ses systèmes qui peuvent nuire à l’entreprise. L’équipe des TI est tenue responsable des atteintes à la sécurité et des attaques de logiciels malveillants contre les systèmes d’une organisation. 

 

Mais les auditeurs internes ont également un rôle à jouer dans le maintien de l’intégrité des données de l’entreprise. Ils conçoivent une structure de contrôle interne pour garantir que les processus des autres services ne permettent pas la fraude ou ne contiennent pas d’autres failles qui peuvent compromettre la sécurité des données. À cet effet, ils doivent collaborer avec les autres services et créer une structure de contrôle interne à la fois efficace et dont les conséquences sur le bon fonctionnement sont minimes.

 

Les auditeurs internes se fient souvent aux experts pour créer un système de contrôle interne. Un auditeur interne n’est pas un professionnel de la sécurité et n’a donc pas les compétences pour travailler avec des technologies de cybersécurité avancées. L’équipe d’audit interne doit par conséquent consulter les experts en la matière pour obtenir des conseils afin de combler les lacunes du système. 

 

Les auditeurs internes doivent présenter des conclusions pertinentes

 

Si l’auditeur interne trouve un événement pertinent qui exige une attention particulière, il doit en présenter les détails à la direction. Il doit également expliquer les raisons pour lesquelles le système de contrôle interne n’a pas pu éviter un événement indésirable. 

 

Un auditeur interne n’est pas seulement tenu d’évaluer un problème. Il doit également être le conseiller stratégique des dirigeants de l’entreprise. Il joue un rôle critique en aidant les organisations à atténuer le risque grâce à des procédures contrôlées, mais pour apporter de la valeur, il a besoin du bon ensemble d’outils.

Caseware IDEA offre aux auditeurs internes un éventail puissant de fonctions pour s’acquitter de leurs rôles efficacement en matière de cybersécurité. Vous voulez en savoir plus ? Explorez les nombreuses fonctionnalités d’IDEA aujourd’hui.