Essayer IDEA

Trois questions à poser lors de l’évaluation d’une nouvelle tendance technologique

Intelligence artificielle. Chaîne de blocs. Internet des objets (IdO) – Nous entendons de plus en plus parler des technologies émergentes qui arrivent sur le marché, et nous avons exploré celles qui apporteront le plus de valeur ajoutée. Les dirigeants de l’audit considèrent cette transformation numérique comme l’« avenir de l’audit ».

 

La technologie axée sur les données révolutionnera la profession, que ce soit en matière d’obtention de renseignements potentiels et d’occasions de rationaliser les flux de travail afin de parvenir à une efficacité optimale.

 

Selon le relevé de recherche 2018 du directeur mondial de l’audit interne de Deloitte, les fonctions d’audit interne innovent dans les domaines des analyses avancées, de l’automatisation des processus au moyen de la robotique, de la production de rapports dynamiques et visuels, entre autres. Le relevé indique que 71 % des directeurs de l’audit interne prévoient d’augmenter leur investissement dans l’innovation.

 

La différence entre les leaders et ceux qui restent derrière est que les premiers gardent une longueur d’avance sur l’évolution technologique. Nous observons une tendance parmi les utilisateurs de l’analyse de données, qui passent des analyses traditionnelles ponctuelles à des processus automatisés et à la surveillance continue. En recourant à la technologie afin de réduire le travail manuel, les auditeurs peuvent accomplir un travail plus important en moins de temps et dans davantage de domaines de l’entreprise.

 

Par exemple, l’intelligence artificielle (IA) est devenue une tendance pour les professionnels de l’audit. L’IA étend la puissance des tâches des technologies de l’information accomplies traditionnellement par des humains. Elle reproduit des comportements humains intelligents, évolue elle-même automatiquement et s’adapte continuellement. Dans le contexte de l’audit, l’IA a toujours besoin des hommes pour la préparation des données, l’analyse exploratoire initiale et leur capacité à interpréter les résultats. En outre, la chaîne de blocs, l’apprentissage machine, l’infonuagique sont des exemples d’autres technologies émergentes qui ont des répercussions importantes sur l’avenir de l’audit.

 

Pour évaluer et mettre en œuvre ces technologies émergentes, il faut se poser les bonnes questions – en voici trois à prendre en compte :

 

1. Comment cette technologie émergente s’aligne-t-elle avec les objectifs opérationnels ?

Il faut commencer par un accord de volonté afin de passer en revue les objectifs opérationnels et d’évaluer la manière dont la technologie s’inscrit dans les objectifs que vous tentez d’atteindre. L’adhésion du sommet et de la base est essentielle pour réussir. Prenez en compte les risques, les coûts et les perturbations associés à l’adoption d’une nouvelle solution.

 

Par exemple, quand les organisations tirent profit des nouvelles technologies, elles créent davantage de données. Afin d’éviter les fuites, les auditeurs doivent comprendre l’incidence des contrôles informatiques de cybersécurité. La clé pour adopter avec succès une nouvelle solution technologique est la communication. Les parties prenantes, le service informatique et l’équipe d’audit doivent participer aux premières discussions.

 

2.  Quelles sont les compétences requises pour mettre en œuvre la nouvelle technologie ?

Bien que les avantages liés à l’adoption d’une nouvelle technologie soient évidents, il faut tenir compte du facteur humain. Des spécialistes de l’entreprise peuvent-ils être mis à contribution pour diriger la mise en œuvre ? Quelle formation est nécessaire pour s’assurer que le personnel utilise efficacement ces nouveaux outils afin de réussir et d’obtenir un retour sur investissement ? Existe-t-il un budget de formation adéquat ?

 

3.  Comment la technologie s’intégrera-t-elle aux autres systèmes et processus de votre organisation ?

Les comités d’audit doivent chercher une solution qui peut se connecter à plusieurs solutions. La capacité à s’intégrer facilement à d’autres technologies permet de rassembler des données d’audit de domaines comme la finance, les opérations et les technologies de l’information. La possibilité de tirer profit des données au cours d’un processus d’audit unique permet de rationaliser l’audit et d’éviter le cloisonnement des connaissances.

 

Lorsque l’information circule librement entre les services, les auditeurs peuvent offrir de meilleurs renseignements sur les risques et les processus opérationnels. Une solution interconnectée permet également aux auditeurs d’accéder aux données héritées. L’intégration d’anciens et de nouveaux systèmes permet d’obtenir une vue générale, qui peut accélérer les changements organisationnels requis afin d’adopter la nouvelle technologie, ainsi que la détection accrue de tendances et de schémas dans les données.

 

L’adoption de la nouvelle technologie peut être intimidante, mais les avantages potentiels l’emportent sur les efforts nécessaires. Une approche intégrée bien planifiée peut être à l’origine d’une efficacité accrue et d’un avantage concurrentiel.

 

Commencez à utiliser IDEA dès aujourd’hui ! Lisez notre livre blanc, le Guide complet de l’audit au moyen de l’analyse de données.